Saint THEODORE

Localiser la chapelle de Saint THEODORE

Jour du pardon : 3eme dimanche de septembre

La chapelle de Saint THEODORE

Elle a été édifiée en 1672 sur les ruines de l’ancienne chapelle dédiée à Sant Toc’hou. En souvenir de ce saint et de sa chapelle,  des champs aux alentours portent encore son nom. 

Saint Théodore dépendait de la trève de St Tugen. Sa restauration, sur fonds de l’évêque de Quimper, Jacques-Théodore LAMARCHE a été entreprise de 1887 à 1892. 

On peut lire sur 

le linteau de la porte  sud :

H LEGAL FABRIQUE 1672   –  

MI : I : PERENES REC. D PRIMELEN DOYEN DE CAP SIZUN,

sur une poutre à l’intérieur

 JACQUES LE MAUBRAS FABRIQUE 1681

La chapelle de taille moyenne peut contenir 70 fidèles. Le magnifique retable est rehaussé par la présence des statues en bois de St Théodore en centurion Romain et St Joseph. Les grilles du chœur furent repeintes en 2002.

lb-telegramme_2016091213432707_Primelinsainttheodore

La tribune s’élève au fond de l’édifice au-dessus du portail ouest. L’escalier a été restauré en 2002 tandis que la tribune et ses grilles sont restaurées en 2010. Les peintures sont refaites à l’identique des originales.

LA FONTAINE  

Située sur un domaine privé à 100 m de la chapelle, le saint y  est invoquée pour soigner les fièvres, celles continues en particulier (Typhoïde – Début tuberculose).

La famille du malade  réunissait parents et voisins. Le soir à la chapelle, chacun, à tour de rôle, en faisait trois fois le tour en récitant des prières, puis le matin ils allaient à la fontaine. Elle était vidée, nettoyée. Dans l’eau nouvelle était mouillé un drap. A la maison, le malade était enveloppé dans ce drap mouillé. La fièvre tombait et le malade était dit guérit.

Dernier cas :  Marie Heurté, de Kerhas-bis, pour qui cette procédure a été utilisée avant la guerre de 14 et a été guérie. Elle affirmait, à 90 ans, que depuis elle n’avait jamais eu besoin du médecin, affirmation faite au Médecin Général Roger MOULLEC.  Sa vie durant, elle n’a jamais manqué un seul pardon.

On se souvient aussi que Sant Toc’hou ou encore Sant Oc’hou était invoqué pour la protection des cochons, de leurs fièvres. Le Breton est malicieux et prompt aux jeux de mots (oc’h = cochon).

L’humour et l’observation sont souvent la clef pour résoudre l’énigme des légendes locales.

St THEODORE cadastre napoleonien

Le dicton sur Saint Théodore

Mont da krenan an terzienn d’an nev da St Théodore
Aller trembler sa fièvre dans l’auge de St Théodore ( se remettre des libations)

A proximité (à quelques mètres de la chapelle)

Le mégalithe d'origine fut daté de l'âge de bronze. Mais ici nous savons qu'il est plus vieux que le diction, alors...
Un coffre à rainures daté de l’âge de bronze.
il est bien plus vieux que le dicton qui en fait une auge